Arrêtons de croire que le numérique réduit nos déplacements. Les habitudes des Anglais nous montrent le contraire

Paris, le 23 février 2021 – En nous évitant de nous déplacer en période de crise sanitaire, le télétravail et les achats en ligne nourrissent les espoirs d’une transformation des modes de vie à long terme, vers plus de sobriété. Dans certains pays, ces pratiques se sont développées bien avant l’arrivée du Covid-19, c’est le cas de la Grande-Bretagne. Les mutations opérées chez nos voisins Anglais avant la crise sanitaire peuvent nous aider à mieux comprendre les nouvelles tendances en matière de mobilité et peut-être même imaginer ce que pourrait être notre mobilité post-covid si le numérique s’installait durablement dans nos pratiques. Cette analyse doit nous alerter car elle montre que le numérique ne permet pas forcément de réduire les émissions de CO2 liées aux déplacements.

Tranches de vies mobiles

Gaby, Martin, Émilie ou Jean, ces hommes et ces femmes dont la vie est rythmée par les transports sont au coeur de cette enquête. Le lecteur plonge dans leur quotidien raconté en bande dessinée, découvrant ainsi la diversité des situations et les différentes perceptions de cette mobilité liée au travail. Un texte des chercheurs ayant conduit cette enquête accompagne ces tranches de vies et vient éclairer scientifiquement les répercussions et les situations sociales liées à cette grande mobilité. Pour permettre un meilleur accompagnement des grands mobiles, le Forum Vies Mobiles conclut cet ouvrage en proposant des idées pour concevoir de véritables politiques de mobilité. Il ne tiendra qu’aux entreprises et aux pouvoirs publics de s’en saisir.

Pages